Le bassin de Tournes à Echinghen

Le chantier d’aménagement de cet ouvrage s’est déroulé en 2008 (entre mars et septembre 2008) dans le cadre du premier programme PAPI (Plan d’Actions pour la Prévention des Inondations) du SYMSAGEB.

Le bassin de Tournes à Echinghen est désormais opérationnel.  Il s’agit d’un ouvrage de retenue des eaux de crues, d’une capacité de 72 000 m3, sur le ruisseau de Tournes, principal affluent du ruisseau d’Echinghen. Le bassin permet de réduire le débit de crue du ruisseau d’Echinghen dans sa traversée de Saint-Léonard, et de limiter le risque d’inondation de la Cité de l’Aurore et du Clos Belle-Isle.

Le bassin est constitué d’une digue en remblai traité installée en travers du lit du ruisseau. Il est équipé d’un ouvrage de régulation qui permet le passage du débit en temps normal, et qui provoque le remplissage de la retenue dès que le débit de la rivière atteint un seuil déterminé. Les berges en aval de la retenue ont été renforcées pour assurer leur tenue face aux débits de pointe du cours d’eau en crue.

Un dispositif de sécurité adapté à une crue millénale a été mis en œuvre : étanchéité du remblai, double déversoir de crue, protection du talus par une revanche (surélévation du remblai), système de mesure en continu du remplissage de la retenue.

L’ouvrage a été engazonné pour assurer une bonne intégration dans le paysage vallonné du bocage Boulonnais. La zone de remplissage a conservé sa vocation agricole avec un usage en prairie de fauche.

Le SYMSAGEB assure désormais un entretien et une surveillance régulière de cet ouvrage : nettoyage des grilles et enlèvement des embâcles, fauches et tontes des espaces non agricoles, maintenance du matériel.

 

Le bassin d’Ecames à Condette

Le chantier d’aménagement du bassin d’Ecames, démarré fin juin 2008, est désormais terminé. L’ouvrage a été achevé en novembre 2008, et a été mis en service dès la crue du 5 décembre 2008 lors de laquelle il s’est rempli en totalité (voir les crues de l’hiver 2008-2009).

L’ouvrage permet désormais de retenir 80 000 m3 pour réduire l’intensité des crues du ruisseau d’Ecames, qui provoque des inondations au quartier de la Place Pauchet à Hesdigneul.

Cet équipement est constitué d’une digue en matériaux d’apport, installée en travers du lit du ruisseau. Le débit « normal » du ruisseau s’écoule au travers de l’organe de régulation, et l’ouvrage provoque le débordement contrôlé des eaux de crues dans les prairies situées en amont de la digue.

Un dispositif de sécurité adapté à une crue millénale a été mis en œuvre : étanchéité du remblai, déversoir de crue, bassin de dissipation de l’énergie de l’eau, protection du talus par une revanche (surélévation du remblai), système de mesure en continu du remplissage de la retenue.

L’ouvrage a été engazonné pour assurer une bonne intégration dans le paysage vallonné du bocage Boulonnais. La zone de remplissage a conservé sa vocation agricole avec un usage en prairie de fauche.

Le SYMSAGEB assure désormais un entretien et une surveillance régulière de cet ouvrage : nettoyage des grilles et enlèvement des embâcles, fauches et tontes des espaces non agricoles, maintenance du matériel.

Le bassin de Longpré, qui devait être aménagé en forêt domaniale d’Hardelot, à proximité du bassin d’Ecames, pour tamponner les crues du ruisseau de Longpré, n’a pas pu être aménagé en raison d’un avis défavorable sur le projet rendu par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) du Nord – Pas-de-Calais. La DREAL a en effet estimé que les dépôts de sédiments lors des crues pouvaient contribuer à perturber le fonctionnement écologique du site du vallon de Longpré, intégré au dispositif européen Natura 2000.

Le bassin de l’Hermite à Baincthun

Sur la commune de Baincthun, la crue du 26 novembre 2009 a provoqué l’inondation d’une quinzaine de maisons du quartier du Courgain.

Pour remédier à cette situation, le SYMSAGEB a programmé l’aménagement d’un bassin d’expansion de crues sur le ruisseau de Berthenlaire, afin de retenir le débit de crue du ruisseau en amont du village. L’ouvrage correspond à une digue en remblai traité permettant le stockage de 63.000 m3 pour une crue centennale. Il pourra ainsi retenir la moitié du débit du cours d’eau. Une enquête publique effectuée en septembre 2009 a permis de recueillir l’avis de la population sur le projet. Le SYMSAGEB a obtenu le 29 mars 2010 l’autorisation préfectorale pour la réalisation de cet ouvrage.

Initialement prévu en été 2010, le chantier a du être reporté. Il a démarré au début du mois de juin 2011 et devrait durer jusqu’en septembre 2011.

La première étape a consisté à abattre les arbres sur l’emprise de l’ouvrage, puis à aménager une piste d’accès au site.

L’entreprise a ensuite procédé au décapage de la terre végétale sur la zone de prélèvement des matériaux pour la constitution du corps du barrage.

Un nouveau pont a été aménagé pour assurer le franchissement du cours d’eau en toutes circonstances.

L’assise du barrage a fait l’objet d’un traitement de stabilisation et les limons du site ont été traités à la chaux pour constituer le matériau d’édification du barrage. Des palplanches ont ensuite été mises en place pour les fondations de l’ouvrage et l’étanchéité du dispositif.

L’entreprise a ensuite procédé à l’aménagement de l’ouvrage de régulation du débit, avec un radier en béton parsemé d’enrochements pour reconstituer autant que possible des conditions naturelles pour le milieu aquatique. Ce radier a été recouvert d’une dalle béton, pour accueillir l’élévation du remblai pour le corps de digue.

Le talus a ensuite été recouvert d’une géomembrane pour assurer l’étanchéité de l’ouvrage.

L’entreprise a procédé aux terrassements pour aménager le bassin de dissipation et le chenal de restitution des débits qui pourraient transiter par la surverse en crête de l’ouvrage. Ces ouvrages ont été renforcés en enrochements pour assurer leur stabilité.

L’ouvrage a été terminé en octobre 2011, il est désormais opérationnel pour réduire l’ampleur des crues du ruisseau de Berthenlaire dans la traversée de Baincthun.

Une station de mesure de niveau permet de suivre le remplissage de la retenue lors des crues.

La végétalisation de l’ouvrage assure une bonne intégration paysagère, et la mise en place d’une grille de protection à l’entrée de la conduite empêche l’obstruction de l’ouvrage par des branchages.

 

Mise en service du bassin de l’Hermite ( 14 -15 dec 2011)

Lors de la crue des 14 et 15 décembre 2011, le bassin d’expansion de crues de l’Hermite s’est rempli pour la première fois, réduisant le débit du ruisseau de Berthenlaire dans la traversée du quartier du Courgain à Baincthun, et le ruisseau d’Echinghen à Echinghen et à Saint-Léonard. Des débordements ont eu lieu, mais n’ont pas provoqué d’inondations dans les habitations et bâtiments de ces communes.

Le niveau dans la retenue a atteint les 4m, soit juste 1m environ avant la surverse de l’ouvrage.

Vous trouverez ci-dessous le rapport de première mise en eau de l’ouvrage, ainsi que des photos illustrant cet épisode.

Rapport de première mise en eau du bassin de l'Hermite